0

Your Cart is Empty

by Vanessa Girard August 11, 2016

 

Ce qui a d'abord attiré notre attention avec les bijoux Camillette, c'est leur simplicité, combinée à une petite touche graphique. Ensuite, l'idée que la créatrice aie changé de voie pour se consacrer à sa passion -entre Montréal et Los Gatos en Californie- nous a vraiment charmée. 

Qu'est-ce qui t'a donné envie de lancer une ligne de bijoux?

La joaillerie fait partie de ma vie, comme hobby, depuis longtemps déjà. J’ai étudié en en design industriel puis j’ai bifurqué vers le développement durable. Je travaille comme consultante en développement durable depuis quelques années et j’ai eu envie de revenir au design. L’idée de créer une ligne de bijoux s’est imposée à moi. Je me suis dis que si je n’essayais pas, j’allais le regretter. Alors j’ai décidé de me lancer!
François Desaulniers
Crédit: François Desaulniers
Parle-nous de tes inspirations! Est-ce que tu t'inspires de thématiques précises quand tu crées tes bijoux?
Mon environnement immédiat m’inspire beaucoup. L’architecture, le design graphique, la photographie, l’art… Je vois souvent des éléments d’un bâtiment, ou d’une illustration que j’aimerais transposer en bijoux. Ce sont souvent des étincelles d’une nouvelle collection.
Crédit: François Desaulniers
 
Quelles sont les valeurs de Camillette?
Sans être cliché, je veux produire des bijoux de qualité, originaux et modernes. J’essaye le plus que possible d’utiliser des matériaux locaux pour réduire l’impact environnemental de mon activité professionnelle. C’est aussi très important pour moi que mes clients et clientes soient satisfaits de leurs achats et qu’ils/elles aiment porter mes bijoux.
 
Quelles entreprises t'inspirent, tant au niveau local qu'à l'international? 
Il y a énormément de créateurs de talent au Québec que j’affectionne. Je trouve que la qualité et l’originalité des artisans québécois est exceptionnelle. On n’a qu’à aller faire un tour dans un marché d’artisans ou dans une boutique locale pour s’en rendre compte. C’est aussi génial que le public s’intéresse à ce qui se fait au Québec et désire acheter local. À l’international, j’aime beaucoup de travail de la compagnie de vêtements The Reformation qui allie design minimaliste et conscience environnementale.
 
À quoi ressemble ton atelier? Es-tu du type ordonné ou c'est un peu le chaos?
Je travaille à partir d’un atelier collectif aux Ateliers Capitol à Montréal. Comme il y a plusieurs joaillers qui y travaillent, si l’on veut pouvoir travailler efficacement l’atelier se doit d’être ordonné. J’aime arriver dans un atelier propre pour être prête à me mettre au travail. J’ai la tendance à m’étaler s’il n’y a personne…faut demander à mes voisines d’atelier.
Comment est-ce que tu imagines Camillette dans cinq ans?
Pour une star-up, se projeter dans l’avenir c’est comme jouer aux dés! Dans cinq ans, mon objectif est de rendre Camillette rentable et de pouvoir y travailler à temps plein.  Bon, c’est peut-être un peu plate comme réponse! Cependant, il y a plein de choses excitantes qui s’en viennent : collaborations, nouvelles collections, peut-être un nouvel atelier… J’aimerais que mes bijoux soient distribués plus largement au Canada et aux États-Unis. Ça bouge vite et pour le moment c’est très enthousiasmant!
Retrouvez les bijoux Camillette chez LOWELL
Vanessa Girard
Vanessa Girard


Subscribe