0

Your Cart is Empty

by Farah Benosman December 15, 2017

À Montréal, on s’estime chanceux d’avoir une grande scène artistique, beaucoup de talent et une communauté d’artistes visuels qui nous inspirent. On craque particulièrement sur l’artiste PONY, avec qui LOWELL fait affaires depuis un moment déjà.

Colorées, humoristiques et sensibles, ses œuvres tournent au ridicule des situations du quotidien, tantôt banales, tantôt plus difficiles. Sa collection Lonelyest d’abord composée d’une vitrine extravagante, caricaturale des classiques vitrines de Noël – imaginée grâce à l’aide de Robocut Studio. On retrouve aussi plusieurs produits entièrement fabriqués à Montréal et créés par l’artiste, dont des vêtements, toutous et accessoires. De plus, trois modèles de sacs exclusifs, en cuir et en fourrure recyclée, ont été conçus en collaboration avec Rachel Fortin, designer et cofondatrice de LOWELL.

Alors que le lancement de sa collection ludique a attiré plusieurs curieux le 29 novembre dernier, on s’est entretenu avec Gabrielle Laïla Tittley – l’artiste derrière le projet PONY – qui nous a révélé ses inspirations et ses coups de cœur.

D’abord, peux-tu me parler de ton processus créatif autour du projet Lonely?

Lonely est né d'une période d'isolement et de solitude, provoquée par une période de rétablissement suite à une opération aux yeux. En étant confrontée à l'effritement d'un de mes sens et me retrouvant en convalescence pour une bonne période de temps, ça m'a fait beaucoup réfléchir aux vraies richesses de la vie.

C'est aussi la raison pour laquelle la collection aborde beaucoup de thématiques liées à la richesse symbolique et traditionnelle, sous toutes ses formes, dont l’argent. Comme dans des collections précédentes, j'utilise beaucoup les propos issus de paroles de rap pour les réinterpréter à ma façon. Cette expérience m’a permis de réaliser la chance que j’ai d’avoir tous mes autres sens et membres humains, qui fonctionnent à merveille. Je peux en profiter pour continuer à les utiliser pour créer des choses belles, drôles et positives pour peut-être rendre les gens heureux et les réconforter pour un bref moment.

C’est un projet d’envergure qui est, en fait, un petit village féerique de Noël, mais avec des structures phalliques. La collection a aussi droit à une mascotte « Mr. Lonely », le fameux personnage du pénis, qui revient dans l’ensemble de la collection. Celui-là il est comme différent et plutôt incompris, mais tout ce qu'il veut au fond, c'est se sentir un peu moins seul. Ce sont toutes des métaphores pour illustrer cet état de solitude dans lequel je vivais.

En quoi dirais-tu que cette oeuvre est différente des tes autres projets artistiques réalisés auparavant?

Elle est reliée à ce que je vivais en la créant. Ce n’est pas différent dans la mesure où c’était le cas dans toutes mes collections précédentes. Elle est en lien direct avec mon présent, mon travail étant toujours très personnel.

Qu’écoutes-tu de bon comme musique ces jours-ci ?

J'écoute beaucoup les nouveaux albums de Loud, de Husser et de Joe Rocca. 

Qu'est-ce que tu aimes et qui t'inspires le plus de Montréal?

Je trouve que c'est une ville parfaite : les gens, la vibe en général, la scène musicale et culturelle au complet. La scène artistique est vraiment impressionnante à Montréal.

Quels sont tes meilleurs spots pour faire des trouvailles mode?

Étrangement, je ne magasine pas autant qu’on pourrait le croire. Quand je le fais, c'est certain que j'essaie d'encourager mes amis et des créateurs locaux dans les foires, par exemple au SOUK @ SAT ou au Puces POP. Aussi, dans des boutiques qui tiennent des brands québécoises, comme LOWELL (hihihi).

Un artiste à surveiller en ce moment selon toi?

Mon artiste visuel préféré, ça demeure toujours l’illustrateur Jonathan Robert. Son travail me rejoint beaucoup, il est incroyable et tout le monde devrait le connaître et aller voir son travail. 

Pour magasiner les produits de la collection PONY, rendez-vous dans notre Espace boutique sur la rue Saint-Laurent dans le Mile-End. Pour avoir plus d’informations sur l’artiste, ça se passe ici.

---

A store front that won’t go unnoticed!

Montreal can pride itself on its vibrant artistic scene, incredible talents and inspiring visual arts community. We are particularly fond of the artist PONY, who’s been collaborating with LOWELL for a while now.

Her colourful, humorous and sensitive work turns into derision ordinary but sometimes difficult everyday situations. Her Lonely collection, caricaturing classical Christmas displays, features an extravagant store front created with the help of Robocut Studio. All the pieces of clothing, soft toys and accessories of the collection were entirely created by the artist and made in Montreal. Among them, three exclusive bag designs made from recycled leather and fur created in partnership with Rachel Fortin, designer and cofounder of LOWELL.

The successful launch of this playful collection on November 29 attracted many curious and was the opportunity to chat with Gabrielle Laïla Tittley, the artist behind PONY, about her favourites and inspirations.

Tell me more about the creative process behind theLonely project.
Lonelycame to me during an isolated and lonesome recovery period following an eye surgery. The convalescence was long and the degradation of my eyesight got me thinking a lot about true value in life.

That’s why the collection refers to a lot themes relating to symbolic and traditional wealth in many forms, including money. Like previous collections, I was greatly inspired by hip-hop lyrics that I’ve reinterpreted my own way. This experience made me realize how lucky I was to have all my other senses and limbs in perfect condition and made me want to use them to continue create beautiful, funny and positive things to bring happiness and comfort in other people’s lives even just for a short while.

This project, which is actually a Christmas village made out of phallic structures, was quite a work. The collection also has its mascot, Mr. Lonely, the famous penis character that appears throughout the collection. He’s somehow different and misunderstood, but he just wants to feel less lonely after all. These are all metaphors that I’ve used to show how lonely I felt at the time.

How is this project different from your previous artwork?
It’s closely related to what I was going through when I came up with it. But it’s not that different, since it was also the case with all my previous collections. It’s deeply rooted in the present moment and as personal as all of my previous work.

What are you listening to these days?
A lot of old stuff from Loud, Husser and Rocca. 

What do you find most inspiring about Montreal?
Montreal is just perfect: the people, the vibe in general, and the whole music and cultural scene. Montreal’s art scene is pretty impressive.

What are your favourite trendy shopping spots?
Surprisingly, I don’t shop much. When I do, I like to support friends and local designers in trade shows like the SOUK @ SAT or Puces POP. I also like boutiques that carry local brands, like LOWELL (laughs). 

Another artist to watch out for?
My favourite visual artist for now is the illustrator Jonathan Robert.I relate to his work a lot. He’s incredible and everybody should know him and his work.

To shop PONY’s Lonely collection, visit LOWELL boutique on Saint-Laurent Boulevard in the Mile-End district. To learn more about the artist, click here.

Farah Benosman
Farah Benosman


Subscribe